facebook

 
LE POLE

TOTEM : une résidence d’artiste haute en couleurs !

La compagnie Gratte Ciel était invitée en résidence par LE PÔLE, scène conventionnée d’intérêt national, du 22 au 28 mars derniers à l’Espace des Chapiteaux de la mer à La Seyne-sur-Mer pour travailler sur leur création TOTEM (titre provisoire). Nous sommes heureux de vous livrer quelques bribes de leur prochain spectacle, un moment émouvant, suspendu, qui nous rappelle que les artistes sont à l’œuvre dans l’ombre, ils répètent pour revenir sur scène dès que les portes de la culture rouvriront. Maquettes scénographiques, premières esquisses des costumes, création sonore et extraits en live de leur création en cours : on vous dévoile tout !

Origines

La compagnie Gratte Ciel, créée en 2013, est originaire d’Arles. On retrouve cette empreinte du territoire dans leur création, comme les mâts pliants sur lesquels grimpent certains acrobates, un agrée inspiré des roseaux, ou encore les costumes tirés de la tauromachie. Ce spectacle, portant le nom provisoire de « Totem », est un cirque qui s’affranchit du chapiteau, pour être joué en plein air, avec les contraintes météo que cela implique. La puissance du vent maximale permettant aux circassiens de réaliser leurs numéros est de 40 km/h.

Scénographie

Le travail de création est en cours, Stéphane Girard et Camille Beaumier en assurent la direction artistique, aux côtés du scénographe Thierry Pierras : les croquis révèlent 1 plateau central, entouré de 3 autres plateaux. Et suspendu à 25 m de haut : une structure en forme d’attrape-rêves, pour se balancer avec des sangles. Sa fabrication est le fruit d’un travail collectif : les habitants des villes que la compagnie traverse ont été sollicités pour contribuer à tisser un cercle. Ils ont ensuite été assemblés pour former une œuvre commune.

Les costumes

La compagnie entend multiplier les influences culturelles. C’est un designer écossais, Alex Rigg, connu pour ses illustrations de créatures marines et ses costumes sculpturaux, et une costumière locale, qui travaillent ensemble. L’univers tourne autour de costumes traditionnels et d’uniformes, tirés de la tauromachie ou des "derviches tourneurs".

La musique

La bande son est une création originale conçue spécialement pour ce spectacle par Christophe Menassier. Pour l’anecdote : il l’a composée en partie durant le premier confinement et n’avait donc pas vu les acrobaties. Mais au calme, dans son studio, il a produit énormément à cette période. Et il a réussi à sculpter le son, à apporter une sensibilité et une poésie qu’il communiquera sans aucun doute au public. Nous avons pu écouter quelques extraits : les percussions mêlées à la voix de Malika Alawi, la chanteuse du spectacle, sont d’une grande générosité, la musique nous a transportés.

Sur le spectacle, un percussionniste (un ancien des Tambours du Bronx) jouera en live, perché en hauteur sur un plateau.

Présentation en acrobaties

Certains tableaux sont en cours de construction, mais suffisamment avancés pour être présentés.

Acrobates

3 acrobates ont exécuté des figures de voltige, à main nue, en s’appuyant les uns sur les autres, perchés à quelques mètres de hauteur, sur une scène prototype du plateau central. Une prouesse parce qu’il ne faisait pas très chaud dehors, et un petit vent s’était levé.

Hip-hop

Sous l’œil de leur mentor Philippe Mesia, 3 danseurs de hip-hop ont présenté leur travail de la semaine. Hissés sur les îlots en extérieur, ils ont exécuté les séquences travaillées depuis 5 jours,  déjà parfaitement synchronisées. Ensuite, sous le chapiteau, une dizaine de circassiens ont dansé lors d’une répétition sur les conseils avisés du chorégraphe, pour le tableau « de rassemblement ».

Sangles aériennes

Et le clou de la répétition : sur une musique nous propulsant dans les airs, un voltigeur a effectué des figures incroyables, suspendu à des sangles aériennes : grand écart à 25 m du sol, avec chaque pied tenu dans une sangle, roulades, etc. On retient son souffle !

Le final

Il est prévu qu’à l’issue du spectacle, les acrobates soient pris dans une explosion de couleurs : 500 flux de rubans de 2,5 mètres de long de toutes les couleurs seront projetés. Ce travail est le fruit de 4 ans de recherches. C’est une véritable prouesse technique car ils seront projetés très près du public. La compagnie travaille sur la succession de tableaux de couleurs avec un pyrotechnicien, tout en réfléchissant au volet écologique du projet avec un expert : quelle gestion du papier à l’issue du spectacle (fabrication d’une œuvre collective avec les rubans ramassés à la fin) ? Quelle contrepartie (plantation d’arbres) ?

Programmé pour 2023

Cette résidence d’une semaine aura permis à la compagnie Gratte Ciel de travailler sur quelques scènes de leur création, dans un lieu à la hauteur de leur talent, parfaitement équipé pour les recevoir. Les artistes sont ravis de cette expérience. Il faudra maintenant attendre la saison 2022-2023 pour que le spectacle soit présenté au grand public. Mais une chose est sûre : celui-ci, il ne faudra surtout pas le manquer ! La compagnie Gratte Ciel va vous en mettre plein la vue !

Actualités 

Actualités

Océan hackathon est un événement créatif de 48h pendant lequel des données numériques liées à la mer seront mises à dispos

Les 22 et 23 octobre 2021, la Médiathèque Chalucet et l’Ecole Supérieure d’Art et Design TPM ont accueilli l’événement « N

Le programme « FAJE » permet de valoriser la formation initiale des jeunes diplômés à la recherche de leur premier emploi

Ancien Hôtel particulier du XVIIème siècle aux somptueux décors de gypseries, la Maison du Patrimoine TPM, aujourd'hu

La 36ème édition du Festival international de mode, de photographie et d’accessoires de mode, a eu lieu du 14 au 17 octobr