facebook

 
ENVIRONNEMENT

Un chêne des Maures au cœur du futur Parc de la Loubière

Un vénérable chêne des Maures a été planté, le 29 novembre, dans le futur Parc de la Loubière à Toulon. Cet arbre monumental de 17 mètres de plus de 200 ans, a été offert par un forestier des Maures qui a souhaité garder l’anonymat. Tout un symbole pour ce quartier toulonnais au cœur d'un ambitieux projet de réhabilitation.

Tel un emblème, au coeur du quartier redessiné de la Loubière, un magnifique chêne tricentenaire originaire de la forêt des Maures a été offert par un forestier et replanté au sein du futur parc de 1600 m², situé entre la place Laporterie et le boulevard Raynouard à Toulon. 

Un peu des Maures au coeur de la Loubière

Ce chêne, c’est les Maures qui viennent à la Loubière, c’est un symbole ! Lance le président de TPM Hubert Falco. Le chêne est un arbre courageux comme la ville de Toulon est une ville méditerranéenne courageuse.

Et d'ajouter : "Les valeurs toulonnaises, on les connaît à Mayol. On se rassemble, on est dur au combat comme le chêne. Malheureusement, cet été un nouvel incendie a réduit en cendres près de 8 000 hectares de la forêt des Maures. Mais dans 4 ou 5 ans, vous verrez, le chêne aura résisté, reverdi. Il repart, il ne se laisse pas abattre. C’est cette volonté qui est transmise à la Loubière, c’est tout un emblème de force, de majesté, de longévité. Poursuit-il.

C’est une merveille ! Ajoute Gérard Piascoprésident du CIL des Trois Quartiers. Ce parc va redonner du cœur à notre quartier.  

Le chêne et sa terre des Maures

Cette arbre vénérable, vieux de plusieurs centaines d'années, vient ainsi prendre place au coeur du projet du futur Parc de la Loubière. Un jardin séquencé en différentes ambiances, qui rendra hommage à la diversité des paysages rencontrés sur le territoire méditerranéen.

Il a été transporté avec 50 m3 de terre des Maures dans laquelle il a vécu. Informe Jérôme Chabert - Directeur Général · VAR AMENAGEMENT DEVELOPPEMENT

Une journée entière pour le replanter

Pour le rapatrier jusqu’à son nouveau lieu de vie, beaucoup de précautions ont été prises comme l'explique le paysagiste Vincent Confortini, et l'architecte Violette Marlinge, tous deux maîtres d’œuvre de l’opération pour l'agence Citadia design. 

Nous avons pris toutes les précautions de sécurité pour éviter de casser ses branches, bien protéger son écorce et ses ramifications. Tout s’est bien passé. Se félicite le paysagiste

Il a en effet été soigneusement emballé dans des toiles de jute et des filets afin de ne pas l'étouffer et, en même temps, protéger ses rameaux le temps du transport. Les touffes au sommet de l’arbre ont également été emballées les unes après les autres, les branches souples rabattues et le tronc protégé avant d'être sanglé pour pouvoir être levé. "Il y a un poids très conséquent !" commente-t-il. "A savoir qu'on l’a déplacé avec une importante masse de terre au niveau du système racine." 

Une fois protégé, l'arbre a pu être transporté jusqu'au Parc de la Loubière à l'aide d'un semi-remorque. Là une grue l’attendait pour le sortir du véhicule. "On a complètement ouvert le semi-remorque. La grue l'a mis au sol, positionné à l’horizontal afin de le dégager de tout son emballage. Ce n'est qu'ensuite qu'on l'a redressé, levé et placé en fonction des vents dominants. Il s’est placé tout seul avec la grue puis on l'a installé convenablement dans sa fosse d'environ 7 mètres de profondeur dans laquelle 50 m3 de terre des Maures ont été placées pour le recouvrir jusqu'au niveau de son collet, exactement au même niveau que dans son milieu naturel." poursuit-il.

Une journée complète a ainsi été nécessaire pour replanter ce chêne qui devrait s'adapter sans encombre à son nouvel environnement : "L’arbre ne vient pas de loin, il va donc bénéficier des mêmes conditions météorologiques et écologiques que son milieu naturel". S'il se plaît, il devrait se développer de 20 à 30 cm par an "C'est un très beau sujet ! II est vraiment très équilibré. Il va vite s'étoffer et se développer aux côtés d'autres plantations complémentaires". En effet, d'ici quelques semaines, il sera rejoint par d'autres arbres et arbustes qui compléteront le parc.

Un parc durable, pédagogique et intergénérationnel

Comme le jardin Alexandre 1er à Chalucet, ce nouvel aménagement est labellisé Quartier Durable Méditerranéen (QDM), niveau Argent. Le label traduit l’exemplarité du chantier : faible impact environnemental, propreté du chantier et des abords, limitation des nuisances sonores, gestion-tri de 100% des déchets et valorisation recherchée. 

Une dépollution nécessaire

Pour ce faire, une dépollution du site a été nécessaire et effectuée durant l’été. Ainsi, c'est plus de 40 000 m3 de terre qui a été triée, purgée et réutilisée en très grande partie sur le site, en coordination avec les services de la DREAL (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement).

C’est un chantier énorme ! Changer 16 000 m2 industrialisé en un espace naturel, avec tout ce qui ne se voit pas, ce n'est pas rien. Informe le président de TPM. 

En effet, il y a avait des bâtiments sur place qu’il a fallu désamianter, puis démolir. "Beaucoup de travaux invisibles ont également été réalisés. On a du faire le dévoiement complet de tous les réseaux enterrés (gaz, hydrauliques..) pour libérer les 1,6 hectares et installer les systèmes d'arrosage automatiques, réaliser les réseaux pour les écoulements des eaux pluviales, des aménagements piétons en stabilisé ou en béton désactivé, avant de passer à la végétalisation du site proprement dite". Informe Jérôme Chabert 

Le végétal, l'eau, les jeux...

Différents paysages du territoire TPM y seront ainsi représentés (garrigue, boisements, jardins acclimatés, terrasses cultivées, restanques plantées, essences médicinales et aromatiques, arbres méditerranéens…), tout en utilisant une palette végétale économe en ressources. Le parc sera un lieu de vie intergénérationnel, pédagogique et durable avec une programmation diversifiée (jeux pour les enfants, espaces de vie, parcours, lieu de pause avec des îlots de fraîcheur…). Il proposera des activités ludiques, sportives et éducatives : arboretum, jardins pédagogiques, aires de jeux pour enfants (au nord et au sud), observatoire perché/belvédère, parcours santé, espaces détente ombragés…)

Trois thèmes y seront déployés :

  • La végétalisation : avec pas moins de 250 arbres et 9000 arbustes plantés. 
  • L'eau : avec l’installation d'une fontaine sèche d'environ 250 m2 (espace en béton recouvert de pierre naturelles avec de l’eau jaillissant du sol), puis une cascade avec des jeux d’eau qui vont couler naturellement, une rivière, et un bassin miroir de 10 m².
  • Les jeux : avec d'immenses espaces de jeux pour tous les âges, de 2 ans à 16 ans. "Ces jeux seront sécurisés et mis en place en périphérie des fontaines sèches avec des cheminements intérieurs, des filets, des cordes, des toboggans qui vont ponctuer le parc". Ils sont tous en bois européen de type acacia. "Travailler avec des essences locales nous a évité les points de pénurie actuels et permis de ne pas être interrompus dans le cheminement des matériaux".

Le parc sera entièrement clos avec des murets en pierre et grille en ferronnerie traditionnelle et déservi par cinq entrées accessibles de tout le quartier avec des cheminement pour les personnes à mobilité réduite.

Une liaison douce paysagée (mail urbain) de 2019 m² sera réalisée en continuité du parc, créant ainsi une liaison nord/sud au sein du quartier de la Loubière. "Il y aura deux axes principaux piétons qui formeront une croix du nord au sud et d’est en ouest et qui délimiteront les 4 zones végétalisées avec : la partie nord thématisée sur les essences méditerranéennes aromatiques et ensuite des espaces avec des petits parcours, des cheminements piétons qui vont être ponctués par des salons de détente et des salons pédagogiques expliquant l’histoire du parc et des essences".

Enfin, le parc sera sécurisé par du gardiennage 24h/24 et des caméras de vidéo-protection.

A savoir que tous les matériaux utilisés - les bois, les enrobés, le béton et les rochers, les granulats de pierre - sont locaux et les végétaux sont essentiellement des essences méditerranéennes.

Le Parc en bref

  • Maître d’ouvrage : Métropole TPM
  • Mandataire : Var Aménagement Développement
  • Réhabilitation d’une friche industrielle : ancienne usine de production de gaz du quartier de la Loubière, occupée par ENEDIS et GRDF, situé au sud du boulevard de la Démocratie
  • Superficie du futur parc : 1,6 ha
  • Coût du projet : 12,3 millions d’euros
  • Calendrier : livraison prévue pour le 2ème trimestre 2022

Chiffres clés

  • 250 arbres plantés dont le chêne monumental
  • 3 000 arbustes
  • 6 000 vivaces
  • 500 m² d’espaces jeux pour enfants (de 1 à 12 ans)
  • 7 caméras de surveillance

Le projet global de la Loubière :

Sur 2,6 ha, le projet du site de la Loubière prévoit :

  • La création du parc paysager de 1,6 ha en partie nord,
  • 2 lots qui accueilleront 26 500 m² de surface de plancher de tertiaire (administrations),
  • La création d’un lot qui accueillera un parking en silo, d’une capacité de 600 à 650 places.
Actualités 

Actualités

L’opération de construction d’un chenal d'avivement menée par TPM avec le concours financier de l’Etat, a été lancée

Le Premier Ministre, Jean Castex était en visite officielle samedi 15 janvier, dans le cadre de la signature du Contrat mé

La halte ferroviaire de Sainte-Musse devrait être mise en service en décembre prochain.

Dans le cadre de ses "Journées portes ouvertes", l'ESADTPM accueille le public le 28 janvier 2022 de 14h à

Du 29 janvier au 7 mai 2022, découvrez l'exposition de Gérard Rancinan, photographe et Caroline Gaudriault, auteure,