facebook

 
Le Revest-les-eaux

TPM engage des travaux sur le barrage de Dardennes

Les travaux du barrage de Dardennes sur la commune du Revest-les-Eaux sont lancés et vont durer près de deux ans. Portés par la Métropole TPM - propriétaire de l’ouvrage et compétente en « eau potable » - ils s’inscrivent dans une démarche de transition écologique et consistent à conforter l’ouvrage, augmenter sa capacité d’évacuation et rénover les équipements. Durant les travaux, un plan de circulation spécifique a été prévu par la Ville.

Le barrage de Dardennes au Revest-Les-Eaux a été construit en 1912 afin d’assurer l’alimentation en eau potable principalement de la ville de Toulon (partie ouest), une partie de la ville d'Ollioules et du Revest-les-Eaux.

Toutefois, il a également une fonction de régulation des cours d'eau. C'est pourquoi, d’importants travaux sont engagés afin d’améliorer sa capacité d’évacuation, sa résistance et de créer une centrale hydro-électrique.

Il est important d'anticiper ces crues exceptionnelles et d'adapter le barrage de Darbennes. Chaque année, notre territoire connaît des épisodes de pluies intenses, dit "cévenoles" ou "méditerranéens", qui avec le changement climatique, le sont de plus en plus. L'épisode dramatique de ce weekend, chez nos voisins des Alpes Maritimes, terrible catastrophe au bilan humain très lourd, nous le rappelle violemment. Explique le président de TPM Hubert Falco

Après le lancement d’études préalables, les travaux vont se dérouler sur 18 mois, d’octobre 2020 à avril 2022. La Métropole TPM, propriétaire du barrage en est le maitre d’ouvrage. 

Ce sont des travaux d’anticipation. L’idée est qu’un risque de rupture de barrage ne vienne pas, en plus, aggraver la situation ! On a fait des études qui ont duré près de 10 ans. Aujourd’hui, c’est grâce à la Métropole que l’on peut engager ces travaux ! Remercie le Maire du Revest-les-Eaux et vice-président de TPM Ange Musso

La compétence « eau potable » de la Ville de Toulon a été transférée à TPM au 1er janvier 2018; tous les ouvrages et le foncier concernant l’eau potable ont été transférés à la Métropole.

Des travaux d’envergure

Le barrage de Dardennes est un barrage-poids arqué en maçonnerie de 35 m de haut et 154 m de long, avec une capacité de stockage de l’ordre d’1 million de m3. Les travaux consistent à conforter l'ouvrage, augmenter sa capacité d'évacuation et rénover les équipements mécaniques.

Ces travaux n’auront aucune incidence sur l’alimentation et la potabilisation de l’eau de Toulon, alimentée par différentes sources : le barrage de Carcès et le Canal de Provence.

"Le prix restera le même pour le contribuable, la charge supplémentaire étant totalement assurée par la Métropole." Ajoute le Président.

L'exploitation, l'entretien et la surveillance de l'ouvrage est assurée par le délégataire Véolia. L'ouvrage est équipé de capteurs reliés 24h/24 à la télé-surveillance. Une visite "d'auscultation" organisée par l'exploitant est organisée deux fois par mois. Une visite dite "approfondie" réalisée par la Métropole, l'assistant de maitrise d'ouvrage, la Société du Canal de Provence et Véolia, a lieu également une fois par an. Le contrôle de l'ouvrage est effectué par les services de l'Etat. Ainsi la DREAL effectue une visite de contrôle une fois par an.

Deux phases de travaux

Phase 1 : octobre 2020 à septembre 2021

Cette première phase consiste à réaliser des travaux d’élargissement de l’évacuateur de crue existant situé en rive droite de l’ouvrage et se terminant dans le Las, afin d’améliorer sa capacité, et permettre l’évacuation d’une crue exceptionnelle. Il passera ainsi d’une capacité d’évacuation de 110 m3/seconde à 240m3/seconde à l’issue des travaux.

"L'ouvrage est aujourd'hui dimensionné, par sa largeur et sa hauteur, pour évacuer une crue qui correspond à une crue centennale, de 110 m3 par seconde. Au-delà cette crue pour éviter que les eaux ne débordent sur des endroits mal maîtrisés, l’agrandissement de l’évacuateur de crue va permettre de passer à un débit qui est plus que doublé puisqu'il passera à 240 m3 par seconde ! On va donc passer sur une capacité de protection qui est beaucoup plus sécurisante pour l’ouvrage et qui est basée sur des études et des modélisations qui sont plus récentes au vue des éléments qui sont connus aujourd’hui." Explique Olivier Ambrosi directeur adjoint de la direction Eau et de l’assainissement de TPM.

Ces travaux consistent en :

  • La démolition de 14 500 m3 de rochers ;
  • La création d’un nouvel évacuateur de crue en béton armé ;
  • La réalisation de 3 ouvrages d’art : 1 pont passerelle et 2 ouvrages cadres.

Phase 2 : juin 2021 à avril 2022

Cette deuxième phase correspond aux travaux de confortement du pied de barrage afin d’améliorer  la résistance de l’ouvrage, à l’aide d’un remblai poids aval sur une hauteur de 17 m. Ce remblai sera habillé d’une carapace en blocs de pierres. Il est ainsi conçu pour supporter un déversement en crête du barrage afin de résister à une crue exceptionnelle.

Ils permettront de résister aux pluies et à une crue exceptionnelle de 400 m3/s et à résister à une lame d'eau d'un mètre au dessus de la crête du barrage !

Tous les matériaux démolis en phase 1 seront réutilisés en phase 2

Cette phase de travaux inclue la réalisation de locaux techniques (202 m²) et comprend également la création d’une centrale hydro-électrique : remplacement de la turbine existante par une turbine de même puissance (115kVA), installation de la nouvelle turbine dans les nouveaux locaux techniques inclus dans le confortement aval du barrage.

L’usine d’eau potable ne sera pas impactée par les travaux et restera en activité. C'est important ! Précise Ange Musso

Un enjeu de développement durable

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la transition écologique sur les 4 volets suivants :

Climatique 

Il apporte une anticipation au changement climatique, en permettant à cet ouvrage de répondre à la problématique des pluies de plus en plus violentes dans notre région.

La résistance aux pluies diluviennes se fera par l’élargissement de l’évacuateur de crues mais également par la recharge aval du barrage qui permettra à l’ouvrage de résister en cas d’évènement extrême à une crue de 400 m3/s (période de retour 100 000 ans).

Pour cet évènement extrême l’ouvrage aurait à résister à une lame d’eau d’un mètre au-dessus de la crête du barrage.

Energétique 

Ces travaux seront également l’occasion de mettre en place une microcentrale hydro-électrique qui permettra de produire de l’électricité à partir du flux d’eau qui alimente l’usine d’eau potable depuis le barrage.

Les kilowatts ainsi produits seront réinjectés dans le réseau ERDF.

Sur les risques sanitaires 

Ils seront accompagnés dans la foulée par la réalisation d’une couverture des filtres, permettant la décantation de l’eau avant son entrée dans l’usine, qui sont aujourd’hui à ciel ouvert.

De plus une unité de traitement des eaux de lavages sera réalisée avant rejet dans le Las.

Sur le volet environnemental 

Les études environnementales et d’impact ont permis de construire un calendrier d’action qui respecte les périodes de nidification et de reproduction de la faune.

Les pistes d’accès et les zones de travaux ont été réduites pour garantir le respect de la végétation.

L’ensemble de ces dispositions sera suivi par un écologue tout le long du chantier.

Chiffres clefs

Montant estimé de l’opération : 9 millions d’euros HT.

Durée prévisionnelle des travaux : 18 mois

Aides financières sollicitées

Des aides financières ont été sollicitées auprès de l’Etat, du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur et du Conseil Départemental du Var, pour un montant total de 3,6 millions d’euros

Maîtrise d’ouvrage et Maitrise d’œuvre 

Maitrise d’ouvrage : Métropole Toulon Provence Méditerranée

Maîtrise d’œuvre : Société du Canal de Provence en cotraitance avec Tractebel Engineering

Retrouvez le plan de circulation mis en place durant les travaux ci-dessous et sur le site Internet du Revest-les-Eaux.

Actualités 

Actualités

Le programme « FAJE » permet de valoriser la formation initiale des jeunes diplômés à la recherche de leur premier emploi

Ancien Hôtel particulier du XVIIème siècle aux somptueux décors de gypseries, la Maison du Patrimoine TPM, aujourd'hu

La 36ème édition du Festival international de mode, de photographie et d’accessoires de mode, a eu lieu du 14 au 17 octobr

Le ministère de la Culture vient de labelliser le centre ancien de Toulon Quartier Culturel et Créatif.

Depuis le 1er janvier 2021, la Métropole TPM dispose d’un bureau d’accueil des tournages et des congrès, avec un site inte