facebook

 
Exposition Hôtel des arts TPM

Pierre Charpin, la part du dessin

En partenariat avec la villa Noailles, l'Hôtel des Arts TPM met à l'honneur le designer français Pierre Charpin, dont la pratique prolifique du dessin nous transporte dans un univers délicat, sensible et coloré. Une occasion unique de découvrir ou re-découvrir sous un éclairage artistique et intimiste l'œuvre "cachée" de ce grand designer. Exposition à découvrir jusqu'au 30 avril !

En partenariat avec la villa Noailles, l'Hôtel des Arts - centre d'art TPM met à l'honneur le célèbre designer français Pierre Charpin. À travers une exposition XXL, le créateur d'objets s'efface pour laisser place à une autre de ses pratiques : le dessin !

C'est en effet l'originalité de cette nouvelle série d'expositions qui sera désormais proposée chaque année, au public, dans le cadre d'une programmation hors les murs de la villa Noailles : une sélection de dessins de designers. Une excellente idée puisqu'elle va permettre aux visiteurs de découvrir une pratique parallèle à celle de la création d’objets, celle du dessin. Cette forme d’expression, l’une des principales dans les arts visuels, propose assurément une vision et une découverte singulière et profonde de l’univers créatif des designers.

Cette programmation nouvelle et inédite en France donnera une belle occasion au public de découvrir des merveilles dessinées. Elle vient naturellement compléter les rendez-vous annuels déjà connus à l’Hôtel des Arts :

  • Les collections Design du Centre Pompidou dans le cadre du Festival Design Parade (en été)
  • L’exposition de soutien à la jeune scène française de l’art contemporain, les Révélations Emerige

Charpin et le dessin à l’Hôtel des Arts

Ainsi, pour inaugurer ce nouveau chapitre, Pierre Charpin est le premier invité ! Designer français majeur - exposé en 2015 à la villa Noailles lors d’une exposition personnelle dans le cadre de Design parade Hyères - Pierre Charpin, dont la pratique du dessin est extrêmement prolifique, a ainsi répondu avec plaisir à l’invitation de la Villa Noailles. Une belle opportunité pour le créateur de dévoiler, dans le centre d'art toulonnais, une autre facette de son talent, celle du dessinateur. L’exposition dévoile, en effet, un très grand nombre de dessins originaux — dont de nombreux inédits.

La pratique du "dessin de dessin"

A travers cette pratique, Pierre Charpin nous transporte ainsi dans un tout autre univers que celui du design : un monde délicat, sensible et colorés, un monde qui se joue des ressemblances et des répétitions pour initier une nouvelle recherche, celle de la variation des formes sur le support.

Dessiner pour Pierre Charpin n’a jamais été simplement une étape dans le processus de production de l’objet – mais une pratique à part entière qui, si elle fait d’un côté la singularité de sa signature, traduit de l’autre une relation plus originaire à la forme. Écrit à son sujet Alessandra Fanari.

En effet, quand on parcourt cette exposition, on est directement happé par cette réalité. Pierre Charpin l'exprime lui-même "Cette pratique que je nomme explicitement ’’dessin de dessin’’ se développe de manière autonome par rapport à mon travail de designer." L'artiste explique "travailler sur des petits formats pour réaliser les dessins préparatoires de ces objets design. C'est plus pratique ! » A contrario, il travaille sur des formats conséquents dans la pratique du "dessin de dessin" (souvent 70 centimètres par 1 mètre). « Ce choix des grands formats, qui implique aussi une autre gestuelle, un autre rapport au trait, s’est imposé pour affirmer cette pratique et la faire exister de manière autonome, même si elle s’est toujours développée en parallèle à la pratique du dessin appliqué au projet."

Aussi, il dessine toujours dans son atelier. "Il réunit les conditions idéales pour dessiner et lorsqu’il m’arrive d’avoir des idées de dessin hors de ce lieu, c’est tout de même entre ses murs que ces idées prennent forme."

Des permanences au sein d'une variété

Pour cette exposition, l'artiste a totalement pris possession des lieux. Pas de commissaire d'exposition, c'est lui même qui a choisi l'accrochage en accord avec les espaces qui lui étaient proposés par l'Hôtel des Arts : "ça m'a permis de penser, de sélectionner par envie et non pas par ordre chronologique. C'est intéressant comme lecture. Il y a une sorte de récurrence dans mes dessins, de familles, de groupes, et cette récurrence revient dans le temps. C'est pourquoi, chaque salle est dédiée à un groupe de dessins, il y a un parcours, avec un guide du visiteur : une vision générale sur la pratique du "dessin du dessin", une salle dédiée à la ligne, etc..." 

On découvre donc pas à pas, salle après salle, tout un univers de formes abstraites, très colorés, mais parfois aussi en noir et blanc... Ces dessins sont réalisés par le biais de diverses techniques et outils - crayons de couleurs, graphite, stylo, feutre, plume, craie grasse, craie sèche, encre de Chine, encre colorée - qui expriment une certaine variété de sa production. On peut identifier des permanences au sein même de cette variété : "récurrence des dessins de lignes, dessins de rubans ou d’arabesques, dessins noirs, colorés, par série, vectoriels, de formes élémentaires… [...] Elles peuvent parfois sembler d’une simplicité déconcertante, paraître plus ou moins avenantes, parfois séduisantes, sombres ou lumineuses, fortement colorées ou volontairement dépourvues de couleurs. Peu m’importe, c’est à prendre ou à laisser."

Sur l’un des murs, dès l’entrée, on découvre une grande arabesque directement réalisée à main levée qui révèle d'une grande maîtrise du dessin. Cette dernière est éphémère et sera détruite à la fin de l'exposition. C'est en effet un processus inhérent à la création explique l'artiste : "Lorsque la mécanique du dessin se met en marche, elle consiste autant à faire qu’à défaire. Trier équivaut à garder ou jeter. Jeter sans état d’âme, mais parfois avec le recul, à regret. Telle est la condition pour entretenir cette tension, celle qui me conduira vers le dessin suivant, peut-être sans lien direct avec le précédent."

Ainsi, le dessin est à la base de son processus créatif. Il s’applique à la conception de projets de design et se concrétise parallèlement de manière autonome dans sa pratique artistique du dessin, ce qui témoigne d’une continuité avec sa formation.

Le dessin est très important dans ma création. Tout commence par un dessin, même dans le design ! 

Pierre Charpin : designer, plasticien, scénographe

Pierre Charpin, né en 1962, vit et travaille à Paris et Ivry-Sur-Seine. Il consacre l’essentiel de son activité au design de mobilier et d’objet depuis le début des années 1990. Son approche du design est fortement influencée par sa formation en arts visuels reçue à l’Ecole des Beaux-arts de Bourges au début des années 1980. Les recherches sur la forme et la couleur ainsi que sur les motifs appliqués à l’objet qui caractérise son travail se matérialisent aussi bien dans des objets édités en série limitée, principalement par la Galerie Kreo, que dans ses collaborations avec des entreprises de renommées internationales comme Alessi, Arita 16/16, Danese, Cristallerie Saint Louis, Hay, Hermès, Ligne Roset, la Manufacture Nationale de Sèvres, TräffaTräffa, Tectona, The Wrong Shop.  Plusieurs expositions personnelles lui ont été consacrées, ainsi qu’une monographie éditée par JRP Ringier en 2014.

Actualités 

Actualités

La Métropole TPM pérennise pour la 3e année consécutive son partenariat avec le Fonds de dotation Emerige afin d'accu

La Métropole TPM lance son application gratuite Vigie Risques dédiée aux risques majeurs sur le territoire : inondation, f

A partir du 25 novembre, le Pôle te donne rendez-vous pour la 7ème édition Clown's not dead.

La Métropole TPM a confié au SymielecVar, le déploiement de bornes de recharge pour véhicules électriques sur son territoi

Les rapports développement durable et déchets ménagers ont été adoptés lors du conseil métropolitain du 16 novembre dernie