facebook

 
Festival Châteauvallon

Le jeu des ombres : un spectacle entre théâtre et musique

Châteauvallon, scène nationale, propose dans le cadre de son festival d'été "Le jeu des ombres", vendredi 15 juillet, à 22h. Considéré comme le premier de tous les opéras, Orfeo de Monteverdi offre au duo Bellorini-Novarina l’occasion de nouer un dialogue entre théâtre et musique autour d’un mythe d’amour absolu. Pensez à réserver vos places.

Vendredi 15 juillet à 22h, le festival de Châteauvallon propose à l'Amphithéâtre, Le jeu des ombres, un spectacle entre théâtre et musique mis en scène par Jean Bellorini.

Une plongée joyeuse de 2h15, festive et profonde dans la langue de Valère Novarina, charnue, organique, rythmique, musicale dialoguant avec les grands thèmes musicaux de l’opéra L’Orfeo de Claudio Monteverdi. Jean Bellorini conjugue dans ce projet ses deux matières de prédilection, le langage et la musique. Accessible dès 12 ans.

Pensez à réserver vos places ici

    Le jeu des ombres 

    Eurydice marche sur une vipère qui la mord. Mort d’Eurydice. Orphée, fou de douleur, descend aux Enfers rechercher son épouse. Par son chant, il adoucit les terribles Cerbère, Charon et Proserpine qui lui rendent Eurydice. Mais il ne doit pas la regarder avant de sortir ! Comme il ne résiste pas à la tentation, elle meurt à nouveau. Valère Novarina, tour à tour auteur inspiré, peintre, metteur en scène (parfois tout ensemble) et qui se décrit lui-même comme un « porteur d’ombre », était tout indiqué pour suivre les traces d’Orphée, héros des poètes.

    Sur scène, c’est tout un monde de destruction et de chaos, ravagé par le feu. Au-dessus, un pont qu’empruntent conteurs et musiciens, messagers de beauté. Bellorini, Monteverdi, Novarina, ensemble, descendent au fond des ténèbres rechercher Orphéeque guide le dieu Amour. De retour dans l’éclat du soleil, la vie renaît et s’épanouit par la grâce de la musique et du chant.

    D’après l’opéra Orfeo de Claudio Monteverdi
    Texte Valère Novarina
    Texte publié en juillet 2020 aux Éditions P.O.L.
    Mise en scène Jean Bellorini
    Avec François Deblock, Mathieu Delmonté, Karyll Elgrichi, Anke Engelsmann, Aliénor Feix en alternance avec Isabelle Savigny, Jacques Hadjaje, Clara Mayer, Laurence Mayor, Liza Alegria Ndikita, Marc Plas, et Ulrich Verdoni
    Et avec Anthony Caillet (euphonium), Clément Griffault en alternance avec Joachim Expert (piano), Barbara Le Liepvre en alternance avec Clotilde Lacroix (violoncelle) et Benoit Prisset (percussions)

    Collaboration artistique Thierry Thieû Niang
    Direction musicale Sébastien Trouvé
    En collaboration avec Jérémie Poirier-Quinot
    Scénographie Jean Bellorini et Véronique Chazal
    Lumières Jean Bellorini et Luc Muscillo
    Costumes Macha Makeïeff
    Vidéo Léo Rossi-Roth
    Coiffures et maquillage Cécile Kretschmar
    Assistanat à la mise en scène Mélodie-Amy Wallet

    Mentions complémentaires

    Production La Criée Théâtre National de Marseille / Théâtre National Populaire, Centre Dramatique National de Villeurbanne
    Coproduction Châteauvallon-Liberté, scène nationale / ExtraPôle Région Sud* / Festival d’Avignon / Théâtre de Carouge / Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence / ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie / Les Gémeaux, Scène Nationale – Sceaux / anthéa, Antipolis Théâtre d’Antibes / Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique nationale de Saint-Denis / Le Quai – CDN Angers Pays de la Loire / Scène Nationale du Sud-Aquitain, Bayonne / MC2: Grenoble
    *Plateforme de production soutenue par la Région Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur rassemblant le Festival d’Avignon ; le Festival de Marseille ; le Théâtre National de Nice – CDN Nice Côte d’Azur ; La Criée Théâtre National de Marseille ; Les Théâtres, Marseille et Aix-en-Provence ; anthéa, Antipolis Théâtre d’Antibes ; Châteauvallon-Liberté, scène nationale et la Friche la Belle de Mai

    Photos © Christophe Raynaud de Lage et Pascal Victor
    Texte © François Rodinson

    La presse en parle

    On se laisse captiver, sans se poser trop de questions, par la grâce de la poésie scénique, de l’atmosphère qui se crée sur le plateau.(…) Les comédiens, ici, sont merveilleux, ils arrivent à rendre extraordinairement vivante et concrète cette langue de Valère Novarina.
    Fabienne Darge — Le Monde

    C’est une fresque théâtrale portée par un souffle puissant. Qui nous immerge, pendant presque deux heures et demie, au cœur d’un imaginaire poétique singulier, chargé de visions inoubliables.
    Le Progrès

    Jean Bellorini fait valser les tableaux, tous d’une beauté époustouflante, danses, comédie, tragédie et stand-up en maelstrom puissant, troublant. Tragique, superbe, il signe un show hypnotique tout en nuance et finesse.
    L’Œil d’Olivier

    Tarifs

    • Plein tarif : 35 €
    • Tarif avec la carte Encore23 €
    • 3 spectacles et + (saison 21—22 et festival)22 €
    • 10 spectacles et + (saison 21—22 et festival)20 €
    • Tarif jeune : 13 €
    • Tarif solidaire

    Précédé à 19h de "69 minutes pour s'aimer quand même"

    Première de la création d'Isild Le Besco dans le cadre des Crépuscules de Châteauvallon.
    Quand l’actrice et réalisatrice Isild Le Besco adapte pour la scène son livre S’aimer quand même, cela donne 69 minutes d’émotion portées par six voix de femmes. Sur scène, ses mots prennent corps, donnant la parole à toutes celles qui hésitent encore à la prendre.

    Tarif unique 5€

     

    En savoir plus 
    Actualités 

    Actualités

    L’association Ramsar France avec la Métropole TPM, le Conservatoire du littoral et la ville de Hyères, organisent ce 27 ja

    Le vendredi 20 janvier 2023, a eu lieu la pose de la 1ère pierre de la résidence Universitaire DUMONT D’URVILLE, à Toulon.

    Pour lutter contre la pollution de surface dans les ports, Porquerolles et le Brusc se sont dotés du robot Dpol, distribué

    Être écoresponsable, c’est s’engager dans nos gestes les plus simples du quotidien, c'est adopter des réflexes pour p

    Dans le cadre de la programmation culturelle Transmision#7, le cirque Archaos est l’invité exceptionnel du Conservatoire T